news blog logo
news menu leftnews menu right

Annonces et publicité

IUC Groupe SOMAF Joomla templates et extensions LAIT DE SOJA EN POUDRE (Haute Qualité) CEFTI : CENTRE D’EXAMEN NATIONAL Institut Supérieur des Techniques Tertiaires et Industrielles

Visiteur en ligne

Nous avons 24 invités en ligne
Accueil Chefferies Chefferie Supérieure Le Préfet de la Menoua en visite dans le groupement Bafou

Le Préfet de la Menoua en visite dans le groupement Bafou PDF Imprimer Envoyer
Écrit par GMN   

F Dans le cadre de la tournée d’animation socio-économique de son unité administrative, le Préfet de la Menoua, Monsieur MACHE NJOUONWET Joseph Bertrand, était dans le groupement Bafou le mercredi 06 mai 2015.

C’est finalement aux environs de 17 h que le N°1 de la Menoua est arrivé ce jour à la place des fêtes de la chefferie supérieure Bafou, où une foule importante l’attendait depuis 14 h. Un fait très remarquable qui a été relevé par l’hôte du jour est que chaque maman portait une branche de l’arbre de PAIX. Cette visite qui s’apparentait à une séance de travail avait trois grandes articulations : les allocutions, la séance de questions-réponses et la collation offerte par le Roi des Bafou.

F

Na’ah-temah Fo’o Ndong Victor KANA III

Après le mot de bienvenue du Roi des Bafou, Na’ah-temah Fo’o Ndong Victor KANA III, le Président du Bureau Exécutif Central du Comité de Développement du Groupement Bafou (CODEGBA), Tegni DONGO Jean-Marie a emboîté le pas pour présenter le groupement Bafou et le CODEGBA, tout en mettant un accent sur les réalisations de ce jeune comité.

F

Président du Bureau Exécutif Central du Comité de Développement du Groupement Bafou (CODEGBA), Tegni DONGO Jean-Marie

A la suite de ces deux orateurs, la parole a été donnée au Préfet pour son allocution : vous pouvez cliquer ici pour suivre en audio le propos du Préfet. Ci après quelques extraits du long propos du Préfet.

Tout en s’excusant pour le retard accusé ce jour, il a remercié les populations pour la forte mobilisation.

F

Préfet de la Menoua, Monsieur MACHE NJOUONWET Joseph Bertrand

* Message de paix et d’unité : concept déjà partagé dans le groupement Bafou et dans l’arrondissement de Nkong-Ni …

* L’engagement au travail et à l’éducation …

* Message de solidarité : la contribution du peuple Bafou à l’effort de guerre, pour la lutte contre ces bandits de Boko Haram, …. sans oublier que ce groupement à perdu un de ses dignes fils aux premières heures de cette guerre, pour qui une minute de silence a été observée tant pour ce fils que pour Madame FONING. …

* Sensibilisation par rapport à l’insécurité régnante, ici le Préfet a invité les populations et les chefs de villages et quartiers à collaborer avec les forces de maintien de l’ordre « ayez le courage de dénoncer tout individu suspect dans votre entourage ». …

* Félicitations des fils et filles Bafou de l’intérieur et de la diaspora pour leur contribution au développement de Bafou à travers le CODEGBA. ….

* Partager un certain nombre de problématiques propres au groupement Bafou. Puisque c’est une séance de travail, c’est pour cela que le Préfet s’était fait accompagné par tous les délégués départementaux de la Menoua. ….

- la chefferie traditionnelle : le groupement Bafou est une chefferie de 1er degré de par l’acte administratif qui ne date que d’environ 40 ans, or la chefferie traditionnelle date depuis bien longtemps. Il faut donc mettre l’accent sur les racines c’est-à-dire la culture, les coutumes qui constituent le socle, qui font la force de la chefferie traditionnelle, elle se penche davantage sur la comparaison à une unité administrative. Dès lors elle se met elle-même en danger. Aujourd’hui, la chefferie traditionnelle crée un engouement incompréhensible car tout le monde veut devenir chef, mais alors tout le monde. On naît chef, on ne le devient pas parce qu’on a l’argent ou parce qu’on a été nommé par un décret présidentiel et le lendemain on retourne demander une parcelle pour y devenir chef. C’est ici à Bafou que le phénomène prend de l’ampleur. Ce phénomène est encouragé par celui là même qui doit protéger la chefferie. C’est pour cela que dans certains villages du groupement Bafou il subsiste des situations troubles de bicéphalisme, Tsingbeu, Aghong, … c’est autant de situations qui à terme fragilisent la chefferie traditionnelle. Je ne sais pas parler la langue de bois, je dis les choses telles qu’elles sont, que ça fâche ou que ça ne fâche pas l’essentiel c’est que à terme ça répare ce que vous ne voulez pas voir de vos yeux maintenant et que vous vivrez demain. Donc il va falloir mettre un terme à cette situation de bicéphalisme que vous-mêmes vous entretenez et lorsque ça brûle vous venez vous refugier derrière le Sous-préfet ou le Préfet pour réparer ce que vous avez gâté. Il n’existe pas un certain Aghong, je suis d’accord avec le chef supérieur Bafou. En ce qui nous concerne il n’y a pas de bicéphalisme, il n’existe pas par exemple une chefferie à Aghong et sur ce je suis d’accord avec le chef supérieur. Le décret de 77 a créé trois types de chefferie, sur le plan administratif il n’existe pas de chefferie de troisième degré autonome. ….

Le Préfet souhaite que les affaires traditionnelles soient les affaires d’initiés, que ce ne soit pas les affaires des élites. Laisser les notabilités coutumières gérer les problèmes, ne vous mêlez pas de leurs affaires, la chefferie traditionnelle est une mystique  et elle doit demeurer.

… je vais terminer sur cette question par un appel du cœur, je suis originaire du Noun et je connais la force de la chefferie traditionnelle. La première force c’est l’image que le chef renvoie à son peuple : dignité, honorabilité, respectabilité, ça veut dire que l’image du chef s’accommode mal de la vulgarité. Leur majesté, je ne vais pas vous nommer, cessez de fréquenter les milieux communs, cessez de vous frotter à vos sujets dans les milieux communs, …. Pour voir le chef, il faut gratter la terre pour atteindre son image, …. Créez une mystique autour de vos personnalités, ça sera le retour de la tradition. … vous allez dire qu’on y arrive jeune et on doit vivre …. Les forces vives et les notables mettent du soin à donner une image rehaussée du chef, récemment, et je voudrais féliciter cela ici haut et fort, le chef du groupement  Bafou a été doté d’un bon véhicule. C’est parce que ses forces vives ont le souci de voir l’image de leur chef toujours haut comme ce baobab. … ça suppose la soumission des notables et sous-chefs au chef supérieur. ….

J’y tiens parce que lorsque le chef est fort l’administration a la tâche facile.

… Je voudrais exhorter les élites Bafou qui ont lutté fort pour la création de l’arrondissement de Nkong-Ni à venir investir au centre ville de cet arrondissement. 20 ans après sa création, Nkong-Ni tarde à démarrer.

Pour terminer son propos le Préfet a passé la parole au Maire et à quelques chefs de services.

A la fin de toutes ces interventions, alors que la nuit s’invitait déjà, la parole a été donnée au public pour la séance de questions-réponses.

A la préoccupation du secrétaire général du Comité de Développement de Tsingbeu par rapport à la difficulté rencontrée dans la création d’une voie d’accès dans ce village, le Préfet l’a renvoyé auprès du Président du CODEGBA et du Roi des Bafou.

A la préoccupation de Kem Tsuet-chui, par rapport à l’occupation illicite de son quartier par Fo’o Menkeu donc son quartier d’origine serait à Aghang, le Préfet le renvoi au Roi des Bafou tout en précisant que l’administration ne peut résoudre que les problèmes liés aux chefferies de 3ème degré au moins.

A la préoccupation de Manfo Zogang relative au manque d’instituteurs dans les écoles à Bafou, le Préfet explique que le Département de la Menoua a reçu 50 instituteurs lors du dernier recrutement, il encourage les postulants au prochain recrutement à choisir les zones rurales car dans l’ensemble, personne ne veut travailler dans ces zones.

La remise d’un présent par le Roi des Bafou à son hôte du jour et la visite des groupes de danse ont marqué la fin de cette séance de travail avec le Préfet de la Menoua. Une collation a été offerte par le Roi des Bafou dans la salle des banquets du palais royale.

Ci-dessous quelques vues de cette journée.

Cliquer ici : Discours du Prefet à la Chefferie Supérieur Bafou le 06 05 2015

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Tsague Pierre   |41.205.75.xxx |2015-05-27 12:06:52
Hmmmm..... Je dois avouer que je ne comprend pas vraiment le but de cette visite du préfet de la Menoua à Bafou.
Tournée socio-économique? il ne fait pourtant aucunement allusion d'économie dans son discours, et du coup je me
demande s'il n'est pas seulement venu régler les comptes de notre roi et donc celui du peuple Bafou? ceci pour
plusieurs raisons:
1. Il y'a des remarques de bas étage que l'administrateur civil pouvait faire au monarque sans être
obligé de passer par une remontrance publique; c'est bien à cela que sert le conseil et la collaboration.
2. Le
problème Batsengla et Fokamezou tel que présenté par le préfet me semble être caduque. C'est un faux problème, car
les Bafou n'ont jamais fait de particularité dans le développement comme semble le dire Mr le préfet. Bien au
contraire, ces deux communautés sont bien acceptées et considérées comme des Bafou à part entière. D'ailleurs dans
le protocole traditionnel à Bafou, les chefs Batsengla et Fokamezou passent respectivement en second et en troisième
position, après le chef Fo'o Dzifeng.
3. Concernant la nomination des chefs de 3ème degré, le préfet à tout faux
aussi, car depuis 1996, aucun nouveau chef n'a été nommé à Bafou. C'est plutôt l'administration qui a signé des
arrêtés que la tradition à remis en cause (chere Sabina, Fo'o Tokpia, Mo'oh Lefe, etc.).
4. Si le préfet veut que
les Bafou construisent à Nkong-zem, la chose à faire c'est de libérer les terrains qui sont monopolisés par les
autochtones...
5. Dire que Bafou n'est pas chefferie de 1er degré grâce à sa superficie et sa grande population est
une malhonnêteté intellectuelle...
Anonyme   |41.202.219.xxx |2015-05-29 17:27:02
"Leur majesté, je ne vais pas vous nommer, cessez de fréquenter les milieux communs, cessez de vous frotter à vos
sujets dans les milieux communs, …. Pour voir le chef, il faut gratter la terre pour atteindre son image, …. Créez
une mystique autour de vos personnalités, ça sera le retour de la tradition. …"

Trop fort çà !!! Le Préfet
là avait le foléré aux yeux !!!
Anonyme  - Le temps de repenser nos coutumes   |41.202.219.xxx |2015-05-29 17:32:28
"Le Préfet souhaite que les affaires traditionnelles soient les affaires d’initiés, que ce ne soit pas les
affaires des élites. Laisser les notabilités coutumières gérer les problèmes, ne vous mêlez pas de leurs affaires,
la chefferie traditionnelle est une mystique et elle doit demeurer"
On va alors mettre les "ELITES" où?
Ces personnages (intellos, riches, titres ...) arrivent aux cérémonies avec leurs épouses et sont mêmes prêtes à
ce que les patriarches se lèvent pour leur céder la place!!!! Espérons qu'ils comprennent.
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch::(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 

Enregistrement/Session






Bafou.org Bafou! bafou@bafou.org +237 77 63 05 45 +237 22 00 26 14.

type=/js/moomenu.js?php if($this-breadcrumb